« Ex Nihilo (nihil fit) » – Kinda Hassan
Radia show 667

L’artiste libanaise Kinda Hassan décrypte le « kaléidoscope » marseillais à travers une installation sonore intitulée « Ex Nihilo (nihil fit), rien ne vient de rien », interrogeant les différentes histoires que masque la façade contemporaine de la ville.

Partant du port de Marseille en tant que véhicule de transfert d’Hommes, de produits, d’énergie, d’histoires et de possibilités, elle nous propose de contempler les processus de transformation de la vie humaine dans le contexte urbain d’une ville-port. Le port devient une lentille d’après laquelle on imagine et rumine ces transformations dues au pouvoir politique, au virage doux mais certain vers le capital, à la production du désir, à la domination de la machine et aux circonstances de l’évolution de l’Histoire, particulièrement l’histoire coloniale puis post-coloniale du pays.
Ce sont des transformations qui s’impriment sur le corps humain circulant dans la ville d’aujourd’hui, une ville décrite et re-décrite dans un langage unifiant, parfois réducteur.

Kinda Hassan perce les descriptions contemporaines et conventionnelles qui promeuvent Marseille comme ville cosmopolite, euro-méditerranéenne, capitale de culture. Elle va à la recherche d’origines susceptibles de raconter une autre histoire.

Dans son tableau sonore, Kinda Hassan présente la ville et son port comme un sujet et son miroir, révélant des détails originaires souvent assignés aujourd’hui à la marge, à l’oubli.
Ce sont des détails illustrant un quotidien marqué par la vie au bord de la mer : des heures passées à l’attente des bateaux, des corps portant des tonnes de marchandises, des produits animant les marchés de la ville, des commerces qui naissent sur les cadavres de leurs antécédents.
Ce sont des détails évoquant des ruptures, des silences et des fins.
C’est une rencontre intime avec une histoire dans laquelle la ville est rapportée vers ses racines fondamentales : l’Homme et son expérience de survie.


Kinda était en stage à Radio Grenouille la saison dernière. Son installation a été proposée au Mucem dans le cadre de Marseille Résonance. Cette pièce en est l’adaptation radiophonique proposée au réseau Radia et diffusée sur ses 25 stations.